Groupement d'Etudes et de Développement Viticole de l'Aisne
11 Rue Vallée
02400 CHÂTEAU-THIERRY
03.23.84.24.04

 
 
 
 

Comment régler son pulvérisateur ?

Un bon réglage de pulvérisateur est primordial pour la protection phytosanitaire de vos vignes. Il est important de vérifier votre équipement en début de campagne afin de s'assurer que le maximum de bouillie atteignent les feuillage et les grappes afin de les protéger efficacement. Cela permet également d'ajuster au mieux les quantités de produits utilisées. Par exemple, adapter les doses à la hauteur de végétation en début de campagne, ou réduire les doses lors de raccourcissements de cadence.
Quel que soit votre cas, une pulvé bien réglée permet une protection plus efficace et mérite d'être surveillée. 
Lors d'une démonstration organisée à l'aide du Comité Champagne, vous avez pu voir comment vérifier les différents paramètres. Nous les résumerons ci dessous afin que vous puissiez toujours retrouver la méthodologie. Vous disposez également de fiches techniques sur les réglages éditées par le Groupe Machinisme Champenois à retrouver ici.
1. Nettoyage de buses
 
Démontez les buses, filtres et anti-gouttes de votre pulvérisateur afin d'éliminer les traces de produits restants et les dépôts dçus aux traitements précédents. Ce nettoyage est à effectuer 1 à 2 fois par an, afin d'optimiser la pulvérisation en évitant le bouchage de buses et d'impacter la protection de la vigne. Des nettoyages plus réguliers sont fortement conseillés pour ceux utilisant des soufres mouillables, souvent à l'origine de plus phénomènes de dépôts.
2. Réglage des buses
 
En fonction de la hauteur de végétation et de la cible du traitement (début de campagne, pleine végétation, traitement anti-botrytis), la hauteur de pulvérisation doit être modulée si possible. Cela permet de réduire les doses et de limiter les pertes en pulvérisant le maximum de végétation. Préférez des buses anti dérive avec une ouverture en cône maximale pour une meilleure protection.
 Veillez à l'orientation des buses, afin que les jets ne se recoupent pas pour que le maximum de surface foliaire soit couvert.
3. Contrôle de vitesse d'air
 
Afin d'amener la bouille au coeur de la végétation, beaucoup de systèmes de pulvérisation sont équipés d'assistance d'air. On estime que la vitesse d'air dans la végétation doit se situer entre 30 et 50km/h. Selon les matériels de pulvérisation et la densité de végétation en place, cette vitesse d'air initiale doit se situer entre 220 et 250 km/h (jusqu'à 280 sur Flexispray Gregoire).
Cette vitesse d'air se mesure à l'aide d'un tube de pitot, que vous pouvez emprunter au GEDV. il est tout à fait courant d'observer des vitesses d'air légèrement différentes entre les rampes centrales et extérieures du pulvérisateur. 
4. Contrôle du débit
Après le contrôle de la vitesse d'air, vérifiez que le débit de votre pulvérisation est régulier sur l'ensemble des buses (d'une rampe à l'autre, sur toutes les hauteurs de buses). 
Pour cela, mettez en route votre pulvérisateur (sans l'assistance d'air si vous en avez une) et récupérez sur une période donnée (par exemple 1 min) le volume d'eau qui s'écoule de chaque buse. Les volumes doivent être proches les uns des autres. Sachez cependant qu'on observe régulièrement un débit supérieur sur les buses du bas (à cause de la gravité).
5. Test de la plaque rouillée
 
Cette technique consiste à démarrer le pulvérisateur et de passer une plaque de fer rouillée entre deux rampes. En effet, l'eau pulvériséeva atteindre la plaque et les goutelettes sont s'y fixer, permettant ainsi de voir si la répoartition de bouille se fait à la bonne hauteur et s'il n'y a pas de "trou" de pulvérisation sur la végétation.
Des fiches techniques ont été rédigées par le groupe Machinisme Champenois pour vous aider à régler votre matériel. Elles sont également disponibles sur l'extranet du CIVC.
 



Créer un site
Créer un site