Groupement d'Etudes et de Développement Viticole de l'Aisne
LEGTA
02650 Crézancy
03.23.71.93.18

 
 
Nos Partenaires

Mildiou (Plasmopara viticola)

Symptômes

Les différents faciès rencontrés au vignoble pour mieux reconnaître le mildiou!

Cycle de développement

Maturation des oospores
Le mildiou de la vigne se conserve sous forme d’oospores présents sur les feuilles attaquées à l’automne et tombées au sol.Enveloppées dans une double paroi robuste, les oospores sont les seules structures capables de survivre à des conditions hivernales difficiles voire extrêmes, car elles peuvent supporter des températures de - 20 °C. Les oospores commencent à être matures en novembre et le froid prolongera leur aptitude à germer pendant plusieurs mois. 

Germination de l'oospore
Au printemps suivant, lorsque le sol et l'atmosphère sont très humides et que la température atteint 12°C, l’oospore sort de sa dormance. L'oospore commence par produire de nombreux noyaux avant qu'émerge un tube germinatif. Les noyaux migrent alors dans le tube jusque dans une ou plusieurs cavités pyriformes, nommées sporocystes.

                     

Libération et dispersion des zoospores

La multiplication continue, chaque sporocyste peut libérer de 60 à 200 zoospores. Les éclaboussures de pluie et de terre occasionnées par les fortes précipitations dispersent les sporocystes et les zoospores sur les tissus de la vigne.
Les zoospores se déplacent grâce à leurs deux flagelles dans le mince film d'eau à la face inférieure des feuilles et sur les baies, pour trouver un stomate dans lequel pénétrer.

Germination du zoospore
4 à 5 zoospores s’agglomèrent autour d'un stomate ouvert et perdent leurs flagelles. Elles émettent un tube germinatif qui pénètre le limbe de la feuille.

    

Infection primaire 
Après une période d’incubation dépendant des conditions météo, le mycélium se développe  (début de l’infection) dans les espaces intercellulaires et s'alimente par des suçoirs qui pénètrent la paroi des cellules végétales pour pomper l'eau et les nutriments qu'elles contiennent. C’est à ce moment là qu’on parle du faciès « tache d'huile », qui apparait 4 à 5 jours après le début l'infection.

À cette étape, deux voies de reproduction s'ouvrent alors :

  • une reproduction asexuée qui va être à l’origine d'infections secondaires
  • une reproduction sexuée pour assurer la perpétuation de l'espèce à l'automne, au moment de la sénescence des feuilles
  • La reproduction asexuée
    Sporulation
    Des sporocystophores apparaissent par l'ouverture des stomates, se manifestant sous la forme visible d'un feutrage blanc sur la face inférieure des feuilles (et sur les baies). Les ramifications portent à leurs extrémités des sporocystes  dans lesquels migrent des noyaux.
    Germination des sporocystes 
    Après division des noyaux, les sporocystes libèrent des zoospores dans l'eau libre, 5 à 10 jours plus tard.
    Le cycle de reproduction asexuée est bouclé par une dispersion et une germination des zoospores dans un stomate et une infection qui cette fois est dite « secondaire ». La sporulation marque le début d'un cycle secondaire : les zoospores sont dispersées par le vent pour atteindre et contaminer de nouvelles feuilles, inflorescences ou baies. On observera alors des faciès de rot gris (fructifère ou de rot brun (non fructifère) sur la vigne. La durée d'un cycle d'infection dépendant des conditions météo, elle peut descendre à 5 jours en période estivale.
     
    La reproduction sexuée
    Formation de gamétocystes
    A l'automne, au moment de la sénescence des feuilles, les filaments du mycélium forment des organes sexués  (gamétocystes). Le gamétocyste mâle contient les gamètes mâles qui sont en fait réduits à un noyau et le gamétocyste (oogone) femelle  contient des oosphères renfermant un noyau femelle et des réserves. Deux gamétocystes provenant de mycéliums génétiquement différents s'accolent alors l'un à l'autre.
            
    Fécondation
    Des tubes copulateurs partent des gamétocystes males et pénètrent l'oogone pour permettre aux noyaux mâles d'aller féconder les gamètes femelles. La fécondation se fait à l'intérieur de l'oogone. Celle-ci produit un oospore  qui germera au début de la campagne suivante.

     

    Illustrations : Pancrat — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, 

    Partenaires    Contact    Mentions légales     Plan du site 

     Visiteurs